une femme réfléchit comment intégrer l'intelligence artificielle dans l'entreprise
Prévention des risques professionnels

Intelligence artificielle et prévention des risques en entreprise : quelle stratégie adopter ?

Pas un magazine qui ne consacre un article sur l’intelligence artificielle et son rôle dans l’entreprise. Ce terme d’IA apparait pour la première fois en 1956 avec le mathématicien américain John McCarthy. A la base c’est un outil pour épauler l’homme. Le philosophe Eric Sadin parle aujourd’hui d’un ouragan culturel et civilisationnel dont nous n’aurions pas encore mesuré la portée. Il est nécessaire tout d’abord de faire un état des lieux avant de réfléchir sur la méthode la plus adaptée pour intégrer l’intelligence artificielle à la prévention des risques en entreprise.

L’entreprise comme terrain fertile

L’intrusion de cette technologie disruptive dans l’entreprise est impressionnante. Un salarié Français sur 5 fait usage de l’intelligence artificielle en milieu professionnel (chiffres de décembre 2023)
Le plus prisé : les CR de réunion, rédaction de mail, post sur les réseaux, préparation de PPT et j’en passe. Le forum économique mondial publiait en mai 2023 que les métiers du tertiaire seront les plus touchés avec un taux d’automatisation de 45%.
Alors tremblement de terre ou fausse alerte comme le Métavers ? Les intéressés témoignent : « on ne bosse pas moins mais différemment ».
La créativité individuelle est boostée (+40% sur 90% d’une population de 758 consultants d’une société implantée à l’international). L’intelligence artificielle nous aiderait aussi à mieux réfléchir.
Pas de plans de restructuration non plus dans l’immédiat (un déficit mondial à terme de 14 millions d’emplois a été calculé en 2023). Le salarié conserve dans l’immédiat une valeur ajoutée sur d’autres tâches.

Du coup on se dit c’est vraiment génial ! Le sujet mérite d’être nuancé.

L’envers du décor de l’intelligence artificielle

La prise de décision et la résolution de problèmes est moins performante (notamment par excès de confiance dans les résultats de la machine)
La créativité collective est aussi bien moins développée. Il est nécessaire également de continuer à apprendre pour bâtir un raisonnement en mettant en perspective des connaissances acquises.

Quelles seront les qualités attendues pour se démarquer dans l’entreprise ? Certains s’aventurent à dire qu’il faudra se montrer flexible et empathique. Nous devrons faire preuve d’esprit critique et booster notre capacité d’effort.

Et la prévention des risques en entreprise ?

L’objectif affiché par les développeurs est d’aider les entreprises à prévenir automatiquement les accidents avant qu’ils ne se produisent. Or chacun sait que pour obtenir des résultats performants il est nécessaire d’adapter l’outil aux spécificités de son métier. Il faut ainsi être vigilant à la façon dont on utilise l’IA dans l’entreprise. Cet outil n’est pas là pour faire mon travail à ma place. Dans ce cas autant bien se former à l’intelligence artificielle et assurer une veille technologique des outils mis à la disposition des préventeurs.

Sur le volet technique il existe plusieurs familles de matériels utilisant l’intelligence artificielle pour lutter contre les accidents du travail. Nous en avons recensé 4.

Caméras intelligentes

Les caméras équipées d’IA peuvent détecter et prévenir les situations dangereuses en temps réel. Embarquées sur les engins mobiles ou placées sur les zones de croisement, elles préviennent les collisions. Plus sournoisement elles peuvent également identifier nominativement des comportements à risque, tels que le non-port des équipements individuels de sécurité (EPI).

Capteurs de mouvement

Les capteurs de mouvement portables peuvent suivre les mouvements des travailleurs et détecter les postures dangereuses ou les mouvements répétitifs susceptibles de provoquer des troubles musculo squelettiques. Ils peuvent également alerter les travailleurs en cas de mouvements brusques ou de chutes.

Drones

Les drones équipés d’IA peuvent inspecter les zones dangereuses ou difficiles d’accès, telles que les toits ou les échafaudages, et détecter les risques avant que les travailleurs n’y accèdent.

Robots collaboratifs

Les robots collaboratifs, ou cobots, peuvent effectuer des tâches répétitives et dangereuses à la place des travailleurs, réduisant ainsi le risque de blessures liées à ces tâches.

Sur le volet des systèmes de management de la sécurité (SMS), des logiciels de gestion de la sécurité apparaissent.

Les logiciels de gestion de la sécurité utilisant l’intelligence artificielle analysent les données de sécurité et identifient les tendances et les risques. La Data est fournie par exemple par les caméras intelligentes. On obtient ainsi une aide à la politique de prévention de l’entreprise sous réserve de saisir les données pertinentes.

Les taches administratives des HSE peuvent être automatisées comme l’ensemble des travailleurs du tertiaire. Une vraie bonne idée pour dégager du temps sur le terrain.

Les facteurs humains vs l’intelligence artificielle

Les professionnels de la santé sécurité savent que le volet pédagogique possède tout son sens pour obtenir des résultats. Un travailleur Français acceptera-t’il de se faire filmer sur son lieu de travail toute la journée ? C’est peut-être déjà le cas, en revanche à présent son N+1 possèdera un rapport détaillé sur son comportement en culture sécurité. Cela change un peu la donne…

Nous abordons ici le fondement de la culture en santé sécurité c’est-à-dire la perméabilté entre les 3 piliers (Tech, SMS, FOH) et la culture sécurité de l’entreprise. Nous évoquons ici la nécessité de se poser les bonnes questions avant de mettre en œuvre un nouveau process ou matériel. « Toute vérité n’est pas bonne à dire » écrivait Beaumarchais. Notre culture d’entreprise est-elle prête à mettre au jour des agissements sur lesquels un compromis satisfait ouvriers et managers ? Nous parlons d’intelligence professionnelle et de perception de terrain. Or c’est un domaine encore inconnu de l’intelligence artificielle.

L’important selon Aforma Conseil est de comprendre pourquoi nous sommes arrivés à des situations de travail dangereuses ? D’accord, Marcel n’a pas mis 15 fois son casque cette semaine. Et après ? L’intelligence artificielle dans l’entreprise nous apporte de nouvelles datas synthétiques à analyser. Nos connaissances professionnelles nous permettent de penser différemment et agir intelligemment dans le sens de la prévention.

Mon expérience d'ingénieur prévention à bord des sous-marins puis du porte-avions Charles de Gaulle m'a inculqué une méthode de gestion des risques. J'ai complété ce parcours avec 8 années dans l'industrie navale avant de créer mon propre organisme de formation.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *