une caravane de dromadaires dans le désert pour illustrer le dérèglement du climat et ses conséquences sur la sécurité au travail
Prévention des risques professionnels

Impacts des dérèglements du climat sur la santé sécurité au travail

Depuis les journées de canicule de 2022, le monde du travail prend conscience des effets néfastes des dérèglements du climat sur la sécurité des travailleurs. Ce sera notamment le thème de la journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail en 2024. Les risques physiques et psychosociaux des travailleurs s’aggravent. Une évidence s’impose : il faut travailler autrement. Le principe général de prévention en santé sécurité qui vise à adapter le travail à l’homme est à présent au cœur des débats. . Cet article vise à comprendre pourquoi nous subissons un tel changement du climat. Cela permet d’esquisser les premières pistes de réflexion pour prévenir l’accidentologie au travail.

Comprendre le changement du climat

Revenons aux fondamentaux : pourquoi et comment en est-on arrivé à cette situation ? Le dérèglement actuel du climat est principalement causé par les activités humaines. Depuis la révolution industrielle, nous brûlons de manière exponentielle des combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel) pour alimenter nos usines, nos voitures et nos maisons. Ce processus libère ainsi des quantités massives de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ceci a pour effet de piéger la chaleur du soleil. Par conséquence la température de la planète augmente. En outre, la déforestation massive pour l’agriculture et l’urbanisation réduit la capacité de la Terre à absorber le carbone. Cela accentue le dérèglement du climat.

Les changements naturels du climat ont toujours existé. Toutefois les scientifiques s’accordent à dire que l’activité humaine est la principale cause du réchauffement du climat actuel. Cela rend urgent la nécessité de réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Premier enseignement : la solution immédiate à mettre en œuvre n’est pas de replanter des arbres.

Appréhender les impacts du changement climatique sur la sécurité au travail

Et si notre cerveau nous jouait des tours ? Nous ne sommes pas n’est pas conscient de ce qui se passe sous nos yeux au point d’agir promptement.

En effet, notre cerveau est programmé pour réagir aux menaces immédiates et visibles, comme un prédateur (le mammouth) ou un danger imminent. Cependant, le réchauffement climatique est un phénomène graduel et global, qui ne suscite pas notre réponse instinctive de survie. De plus, notre tendance à privilégier le présent par rapport à l’avenir, connue sous le nom de « discounting temporel », nous empêche de prendre la mesure des conséquences à long terme de nos actions. Ainsi, comprendre intellectuellement le réchauffement climatique ne suffit pas à déclencher une réaction adéquate. Ceci est une raison supplémentaire pour dédier une journée mondiale le 28 avril 2024 sur ce thème (OIT).

Second enseignement : c’est un défi cognitif que nous devons relever pour agir efficacement contre ce défi planétaire.

dunes de sable dans le désert pour évoquer l'impact du climat sur la sécurité au travail
Comprendre et agir pour la sécurité face aux dérèglements du climat

Esquisser des réflexions sur la sécurité au travail

Nous subissons une aggravation des risques professionnels déjà existants (exposition au soleil, canicule, températures extrêmes). Cela concerne également des phénomènes plus soudains comme les tempêtes, la pollution atmosphérique, les maladies.

La démarche de prévention consiste à identifier également les effets indirects comme une fatigue accrue, l’aggravation des risques psycho sociaux. Il s’agit de réfléchir collectivement sur l’adaptation du travail à l’homme afin de renforcer la santé sécurité.

Les pistes de réflexion pour travailler autrement concernent l’organisation de la journée de travail. Les plages horaires doivent s’adapter aux températures ressenties, elles-mêmes mesurées en temps réel. Les équipements de sécurité individuels et collectifs doivent être repensés. Par exemple, les protections solaires collectives doivent éviter une exposition au rayonnement direct (peinture blanche anti-chaleur sur les toits des dépôts).

Des ateliers de prise de conscience autour des trois approches « comprendre, pourquoi tardons nous à réagir, les pistes de réflexion » existent. Il est encore temps d’agir !

Mon expérience d'ingénieur prévention à bord des sous-marins puis du porte-avions Charles de Gaulle m'a inculqué une méthode de gestion des risques. J'ai complété ce parcours avec 8 années dans l'industrie navale avant de créer mon propre organisme de formation.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *